Seulement deux fois dans le top-10 en 2022, Franco Morbidelli est très loin d’afficher le niveau attendu par Yamaha. Il perdra son guidon s’il ne renverse pas rapidement la vapeur.

De tous les pilotes qui doivent gagner leur place sur la grille MotoGP 2024, Franco Morbdelli est peut-être celui qui est dans la situation la plus délicate. Vice-champion du monde MotoGP 2020, l’Italien est méconnaissable depuis deux ans, comme en témoignent ses résultats : 17ème du classement général en 2021 (47 points), 19ème en 2022 (42 points).

Cette baisse de régime est telle que le patron de Yamaha Motor Racing, Lin Jarvis, est allé jusqu’à dire qu’en y réfléchissant a deux fois, il aurait mieux valu mettre Toprak Razgatlioglu à sa place dans le team Monster Energy Yamaha MotoGP en 2022. Des déclarations qui illustrent à elles seules la position difficile de Franky Morbido. D’autant plus que son coéquipier, Fabio Quartararo, a décroché le titre en 2021, et vient d’être sacré vice-champion 2022.

Pour le champion du monde Moto2 2017, la saison 2023 semble déjà celle de la dernière chance. En tout cas chez Yamaha. Bien que sous la protection de la VR46 Riders Academy, il paraît difficilement envisageable de l’imaginer chez les Bleus en 2024 si ses résultats ne s’améliorent pas.

Un peu plus compétitif en fin de saison 2022, Franco Morbidelli aurait pu accrocher une cinquième place à Sepang sans ses trois sanctions (deux Long Lap et une pénalité de temps). Cinquième sera le genre de position où il faudra le retrouver en 2023 s’il veut s’assurer de rester en MotoGP en 2024.

« Quelque chose n’allait pas avec le moteur » à Valence, mais Yamaha n’est « pas inquiet »

Read More

About Author